Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Le fort, le faible, le handicap

Avoir la force ou ne pas l’avoir ? Le handicap est-il un signe de faiblesse ?

Qu’est-ce que la force ? Qu’est-ce que la faiblesse ? Euh, très bonnes questions auxquelles on ne peut répondre que par : ça dépend...

En effet, être fort signifie un pouvoir mécanique ou hiérarchique sur les choses ou les êtres, un pouvoir de la volonté ou une vertu morale équivalant au courage.

Etre faible est généralement synonyme de manque de vigueur, de force morale ou physique, de puissance, de ressources.

JPEG - 29,1 ko
Ben Vautier - Fort

Pourtant, les choses ne sont pas aussi mécaniquement simples. Selon Hegel, par exemple, le fort, le maître, ne dominerait qu’en apparence l’esclave, le faible. Car celui qui dirige n’est pas si maître que ça : il dépend des esclaves pour exécuter ses volontés et n’est rien sans eux. Il ne serait maître que de par la soumission volontaire ou forcée des esclaves, d’où l’inversion de la proposition, l’esclave domine le maître. Nietzsche renverse la dialectique hégélienne : le fort n’est pas celui qu’on croit, pas plus que le faible. Le puissant serait doté d’une belle vitalité et aurait confiance en lui-même, il s’aime tellement que sans être obnubilé par eux, il aime aussi les autres, tandis que le faible est fragile, fatigué, triste, il se déteste. Il a tellement de haine qu’il ne pense qu’à lui et à déverser sa rancœur sur les autres. Donc si l’on suit Nietzsche, la véritable bonté serait une conséquence de l’amour de soi tandis que la méchanceté prendrait la forme de l’altruisme de par l’obsession des autres. Précisons que pour le philosophe, force et faiblesse ne s’expriment pas à travers des déterminations sociales de pouvoir ou de classe mais plutôt par leur profil physique et psychologique.

JPEG - 24,3 ko
Leonard de Vinci

La force et la faiblesse, quoiqu’on en pense, s’expriment à travers un corps, un corps que l’on préfère fort, cela va de soi. Un corps que l’on voudrait parfait. Cette perfection commence d’ailleurs à pointer à l’horizon des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication via les nanotechnologies. Selon Jacques Dufresne (XIIe colloque thématique annuel de l"™Institut québécois de la déficience intellectuelle. Déficience intellectuelle, accueil et traitement au sein du système judiciaire. 2 novembre 2001) il semblerait que le passage de l’homme au cyborg soit imminent : "il existe des savants, de plus en plus nombreux, qui considèrent l"™humain comme un stade dépassé de l"™évolution. Dépassé par quoi, par qui ? Par ces cyberorganismes que généticiens et informaticiens, combinant leurs efforts, sont en train de créer sous nos yeux. Dois-je préciser qu"™il n"™y a aucune place pour les personnes handicapées dans l"™univers épuré qu"™ils nous préparent ? Dois-je ajouter que l"™épuration est déjà en voie de réalisation, que l"™eugénisme est universellement admis et pratiqué, grâce à cette science et cette technologie qui, d"™autre part, contribuent si efficacement à améliorer le sort des personnes handicapées ?".

Ce corps handicapé, que généticiens et informaticiens voudraient envoyer dans les poubelles de l’histoire, est d’abord un corps déficient auquel il manque quelque chose. Selon la classification internationale du fonctionnement du handicap élaborée à la demande de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) la déficience est "perte ou altération d’une structure ou d’une fonction" ; l’incapacité : la "réduction partielle ou totale de la capacité d’accomplir une activité" ; le handicap : un "désavantage social qui limite ou interdit pour l’individu l’accomplissement d’un rôle normal."

Ce corps handicapé peut être aussi vécu comme un corps étranger, un corps qui ne répond plus, qui n’est plus sien. Souvent ce traumatisme se double d’une exclusion sociale d’autant plus grande quand la personne handicapée a échoué à la rééducation : "Pour ceux qui échouent à la réadaptation, la souffrance psychique m’apparut comme une des principales causes de leurs blocages et de leurs démissions. Vivre le corps démembré est dur, de toute façon, mais l’entourage qui est proposé à ceux qui stagnent dans la dépendance ne se résume qu’en quelques structures institutionnelles d’assistance, où rien n’est évolutif et qui font trop souvent penser à des mouroirs ou à des "ghettos"." (Jean-Luc Simon, 01/01, Editions de la Chronique Sociale, Vivre après l’accident). Et puis il y a le regard de l’autre dans lequel on lit la pitié. Pourtant certains handicapés renversent la vapeur et parviennent à surmonter leur souffrance, leur faiblesse, pour en faire une force.

La raison du plus faibleCar le corps faible peut être l’hôte d’une forte personnalité comme, par exemple, celle d’Alexandre Jollien, philosophe. Une force qu’il tire, paradoxalement (?) de son handicap : "C"™est une force qui nécessite un combat quotidien. Elle doit être entretenue comme une flamme qui est à la merci du moindre souffle." (Entretiens avec Alexandre Jollien) A la question de l’interviewer qui lui fait remarquer que dire qu’une faiblesse extrême entraîne une mobilisation extrême peut faire croire que la souffrance est positive, Jollien répond "La souffrance en elle-même est stérile. Elle est l"™ennemi absolu et il faut tout faire pour l"™annihiler. Mais si cela n"™est pas possible, il faut lui donner un sens." Pour donner un sens à son existence, Jollien a adopté la profession de philosophe, une profession qu’il justifie de belle manière : "Paradoxalement, c"™est en visant le savoir-être plutôt que la compétence que l"™on parvient à assumer sa place dans la société. Pour ma part, c"™est en essayant de vivre meilleur que j"™ai « réussi » à exercer un métier, celui de conférencier."

Ces exemples montrent que la force et la faiblesse ne sont pas forcément où on les pense. Un handicapé en chaise roulante peut faire montre d’une force de caractère peu commune là où le bellâtre bodybuildé se révélera être un couard. On pourrait penser alors que c’est Nietzsche qui a raison. Alexandre Jollien, contrairement aux apparences, n’est pas un faible mais un fort puisqu’il n’est pas habité par la rancœur et la haine. Cependant, il ne faut pas généraliser hâtivement car cet exemple n’est pas courant et on peut penser qu’il y a plus d’handicapés démoralisés par leur corps démembré que d’handicapés qui peuvent regarder la mort en face : "La vie mutilée des capacités motrices de son support corporel nous rapproche de l’essentiel, et cet essence est tout autant terrible qu’elle est fantastique. Terrible, car la mort qui est rattachée à tout traumatisme corporel important est une réalité que certains n’osent, ou ne peuvent, regarder en face." (J.L. Simon)

 

Jacques Becker


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
5 votes

Le magazine > Culture

Les festivals accessibles, demandez le programme !

Le Festival de Marseille 19 juin / 12 juillet 2013 Festival de premier plan dans le réseau international des grandes plateformes de la création contemporaine et référence sur son territoire, le Festival de Marseille affiche, depuis sa création en (...)

Festival Horizons Décalés

Festival Horizons Décalés

À Verquières, petite ville de Provence entre St Rémy et Cavaillon, nous avons retrouvé Alain Comoli et Patrick Coindre de l’association voyageuse Handivers Horizons. Nous parlions de cinéma ensemble dans le dossier du mois de mars en évoquant déjà le (...)

Festival de Marseille_danse et arts multiples

Festival de Marseille_danse et arts multiples

Le festival de danse de Marseille met son degré d’exigence quant à la qualité de l’accessibilité de ses spectacles au même niveau que celui de sa programmation. Lieux accessibles, traduction en langue des signes, billetterie dédiée, audiodescription, (...)

Cinémas accessibles à Marseille

Les Cinémas accessibles à Marseille : Cinéma Pathé Madeleine Accès aux personnes à mobilité réduite Au cœur des 5 avenues, le cinéma Pathé Madeleine vous accueille dans une de ses 8 salles équipées en son numérique et dolby Stéréo et 2 de ces salles sont (...)

4. « Vous allez au cinéma ? À quoi ça sert, vous n'y voyez rien ! »

« Vous allez au cinéma ? À quoi ça sert, vous n’y voyez rien ! »

Et oui, on peut être déficient visuel et cinéphile ! Non seulement on peut écouter la bande-son et s’immerger dans l’ambiance et l’action d’un film, mais depuis plus de vingt ans l’audiodescription permet de profiter des moindres détails.Dorothée Lombard (...)

3. Un cinéma décalé, vers de nouveaux horizons

Un cinéma décalé, vers de nouveaux horizons

T’es trop nase est un huis clos entre deux amis, l’un handicapé, l’autre valide, qui tourne à l’affrontement. Ce court-métrage, présenté pour la première fois au Festival Horizons Décalés en 2012, puis dans de nombreux autres festivals a reçu un très bon (...)

2. Festi Life

Festi Life

Pour la première fois en France, un festival international du court-métrage dédié au handicap, et cela va avoir lieu à Marseille, au Château de la Buzine. Festi Life est une « extension » du festival Look & Roll qui est organisé tous les deux ans en (...)

1. Handicap et cinéma, une longue histoire

Handicap et cinéma, une longue histoire

Pendant de nombreuses années, au cinéma, la place du handicapé était, au mieux, celle d’un faire-valoir du héros du film. Qu’il soit bossu, aveugle, unijambiste, sourd, muet, il était le compagnon de la vedette, jamais la vedette. Des vrais-faux (...)

5. Intérieur nuit / Extérieur jour ou l'expérience du noir

Intérieur nuit / Extérieur jour ou l’expérience du noir

Le deuxième volet du projet participatif Intérieur Nuit / Extérieur Jour viendra enrichir en octobre la programmation de la Capitale. Compté parmi les quelques événements artistiques abordant le handicap tant dans le contenu que dans la forme, il se (...)

2. Le Bal des Intouchables

Le Bal des Intouchables

Antoine Rigot, metteur en scène et co-fondateur avec sa femme Agathe de la Compagnie Les Colporteurs, nous a reçu dans sa roulotte couleur prune pour nous parler du Bal des Intouchables. Le spectacle a lieu du 9 au 23 février dans un magnifique et (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique