Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Ramirez, le syndicaliste décalé de la série Vestiaires

Luc Rodriguez, qui se décrit comme un "clown permanent", a commencé sa carrière avec la Cie de Cirque ZimZam. Dans la série Vestiaires, il campe le personnage de Ramirez, le syndicaliste de la bande à la langue bien pendue, mais dont on ne comprend pas le quart du tiers de ce qu’il dit, pour faire court, un vrai syndicaliste !
Un comédien selon qui on peut rire de tout et surtout de soi, qui a su faire de son handicap une force et du rire, son arme pour notre plus grand plaisir ! Alors à vos écrans !

3. Ramirez, le syndicaliste décalé de la série Vestiaires

Handimarseille - Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Luc Rodriguez - Je m’appelle Luc Rodriguez, j’ai 52 ans.

H. - Vous vous destinez depuis longtemps à une carrière de comédien ?

L.R. - Non, c’est juste il y a 5 ans de cela, j’ai rencontré ZimZam. J’y ai adhéré d’abord pour faire un plus à l’association et après j’ai participé à des ateliers, et grâce à ces ateliers, j’ai donc intégré un groupe et dans ce groupe, il y avait des jeunes et des moins jeunes et moi j’étais le plus vieux ! La cie a voulu former un nouveau spectacle de cirque donc ils m’ont appelé et ils m’ont dit "Luc, ça te dirait de jouer dans notre spectacle". Je savais rien faire et c’est eux qui m’ont mis le pied à l’étrier. Je suis Monsieur Loyal dans le groupe. Je fais aussi le dresseur de fauves, le magicien.

H. - Comment vous avez connu ZimZam ?

L.R. - Par Internet en fait et grâce à eux, j’ai fait une formation de clown à Paris et j’ai pu grâce à ça me faire embaucher sur la série "Vestiaires".

H. - Dans le série justement, vous jouez le rôle de Ramirez, est-ce que vous pouvez nous expliquer qui est ce personnage ?

L.R. - C’est un syndicaliste. Il dit des choses incompréhensibles et c’est ça qui plaît ou pas. Il défend l’humanité en général.

H. - C’est votre première expérience en tant que comédien devant une caméra, comment vous l’avez vécu ?

L.R. - Devant la caméra, j’étais pas trop bien. C’était un peu stressant, surtout de me voir après. J’aime pas trop me voir. Ce qu’il y a dans le spectacle de Zimzam, c’est l’improvisation et là , j’étais obligé d’apprendre un texte. C’est pas du tout pareil, c’est plus recherché. Il y a beaucoup de contraintes par rapport à la caméra, donc c’est difficile d’être naturel au début.

H. - Quand vous jouez avec ZimZam ou quand vous jouez dans la série, est ce que l’adrénaline est la même ?

L.R. - Non, ce n’est pas du tout pareil. Quand avec ZimZam on a joué dans le parc du Palais Longchamp, il y avait 2600 personnes devant moi, tous les regards, je me les suis pris dans la tête. C’est assez impressionnant, d’ailleurs j’ai bloqué un peu. Au départ, j’avais du mal à avancer dans mon discours, j’avais du mal à envoyer parce que là , il ne faut pas se tromper. Pas comme au tournage, on peut refaire si ça va pas. En scène, soit t’envoies et ça passe pas ou soit t’envoies pas et ça casse, il faut être à fond d’entrée. Dans l’énergie que tu donnes, il faut y aller au maximum pour faire monter le public. J’avais une petite énergie au départ qui s’est transformée en grande énergie ensuite. Et là c’était incroyable, une fois que c’est parti, c’est une sensation super.

H. - Et le fait que vous faites cela avec une bande de copains, est-ce que c’est plus rassurant ?

L.R. - Non, parce que c’est moi qui fait monter la température, si je ne marche pas bien, la troupe le ressent aussi, elle marchera moins bien. Il ne faut pas chercher à réfléchir, il faut donner !

H. - Vous étiez à la projection des pilotes de la série lors du festival du film à Aubagne, est-ce que le trac est le même quand c’est le public qui regarde l’épisode ?

L.R. - Non, c’est pas du tout pareil, là , on attend. C’est justement l’effet inverse. On est passif, même si ça ne se passe pas bien, c’est trop tard, on n’y peut plus rien. Mais moi, je n’aime pas du tout me voir à l’écran, ce n’est pas un plaisir.

H. - Qu’est-ce que ça vous apporte votre travail de comédien ?

L.R. - ça m’apporte beaucoup. Par rapport au travail avec les autres, faire rire le public, lui donner quelque-chose. Tout ce que je fais, je suis entiers. je donne de ma personne et je crois qu’il faut le ressentir comme ça. Moi, je suis comme ça, je donne et j’attends un peu pour recevoir, et bien souvent, l’ascenseur ne revient pas, on donne et il faut apprendre à ne pas recevoir en retour. Je suis un clown permanent, ça fait partie de moi, de ma personnalité et c’est pour ça qu’ils m’ont pris que ce soit à ZimZam ou dans la série Vestiaires. Ce qui est bien c’est que maintenant, on ne me jugera plus par rapport à mon handicap mais plus sur le fait que je suis passé à la télé. J’espère que je ferais un long métrage après.

Propos recueillis par Yoann Mattei


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
15 votes

Le magazine > Culture

4. 111 Bonnes Raisons...

111 Bonnes Raisons...

Marseillais de cœur, Gilles Armand nous concocte quelque 111 portraits filmés de personnes en situation de handicap, qui sont autant de portraits de quartiers marseillais. Ce projet ambitieux mais généreux nous interpelle sur notre quotidien et sur (...)

3. Désordre

Désordre

La capitale européenne se prépare depuis plusieurs années, déjà, avec les Ateliers de l’EuroMéditerranée. Des artistes investissent des lieux où on ne les attend pas habituellement et présentent leurs œuvres tout au long de l’année 2013. L’artiste Dora (...)

1. Marseille capitale culturelle, quelle place au handicap ?

Marseille capitale culturelle, quelle place au handicap ?

Handimarseille s’est rendu à la Maison Diamantée, juste derrière l’hôtel de Ville où toute l’équipe de MP 2013 a pris ses quartiers. Nous sommes avides de questions sur la place donnée aux projets en lien avec le handicap dans la programmation, la (...)

La playlist des loisirs

Quel que soit votre handicap Marseille et ses environs vous proposent des activités culturelles, sportives. voici la liste : MARSEILLE ZimZam, le grand cirque Propose des ateliers et des stages de cirque adaptés. Club Loisirs Artistiques Adaptés (...)

3. Le théâtre, vecteur de cohésion sociale

Le théâtre, vecteur de cohésion sociale

Pour Alfonso Rodriguez, qui anime des ateliers pour la compagnie Tétines et Biberons, le théâtre est avant tout une aventure humaine. Non seulement le spectacle vivant permet de combler le fossé qui nous sépare les uns les autres, mais c’est (...)

2. ZimZam, ou quand le cirque devient accessible

ZimZam, ou quand le cirque devient accessible

Rendre le spectacle vivant accessible à tous, et tout particulièrement aux personnes en situation de handicap, c’est le pari exaltant que tient le cirque ZimZam depuis près de 6 ans. À travers l’humour et les prouesses techniques, les acteurs de la (...)

1. Venez danser avec « De roues... de pointes » !

Venez danser avec « De roues... de pointes » !

Florence danse depuis son plus jeune âge. Malgré un accident qui, à 20 ans, lui fait perdre l’usage de ses jambes, elle poursuit sa passion pour le modern jazz et en fait profiter ses nombreux élèves. Elle propose des cours de danse à tous, handicapés (...)

1. La Play List de l'été

La Play List de l’été

Ce mois-ci handimarseille a choisi de s’adresser aux laissés pour compte des vacances d’été qui de par leur situation de handicap, de manque de moyens financiers et/ou de solitude se trouvent obligés de rester chez eux. Les mois d’été sont des mois (...)

6. Humoriste avant tout

Humoriste avant tout

De sa passion du monde du spectacle, Ludovic Givron en a fait une finalité en interprétant le rôle de Madame Janssen, concierge de 82 ans en fauteuil roulant, qui officiait à l’Élysée. Son personnage parle de nos hommes politiques de manière grinçante (...)

L’humour hand’vidéo

Dans le cadre de notre dossier du mois, Handimarseille vous propose de voir ou de revoir des extraits de sketchs, films, séries ou des publicités qui traitent du handicap avec humour. De Jamel Debbouze pour la campagne de publicité de l’Agefiph à (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain