Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Raoul Walsh, le cinéaste de l’action

Parmi les "borgnes d’Hollywood", (Fritz Lang, John Ford, Nicholas Ray), Raoul Walsh est sans doute l’un des plus prolifiques, 120 films en un demi-siècle. Au détriment de la qualité ? Pas toujours car cet irlandais d’origine qui a toujours privilégié l’action a accouché d’œuvres comme "Les fantastiques années 20", "L’enfer est à lui" ou encore "Gentleman Jim". Des classiques...

"Action, action, action. Que l’écran soit sans cesse rempli d’événements. Des choses logiques dans une séquence logique. Cela a toujours été ma règle - une règle que je n’ai jamais eu à changer"¦ On appelle le cinéma "Motion Picture". Ce n’est pas pour rien. Il faut que ça bouge." (Raoul Walsh). On pourrait affirmer après cela : tout est dit. En effet, Raoul Walsh ne s’est jamais écarté de cette ligne de conduite.

Raoul Walsh

Raoul Walsh est né le 11 mars 1887 à New York d’un père irlandais et d’une mère espagnole. Très tôt, il quitte sa famille et accumule les expériences. Il est successivement cow-boy au Texas et au Mexique, fossoyeur, patron d’un magasin de vêtements, aide médical, dresseur de chevaux puis acteur. Au début des années 10, Walsh est embauché comme assistant chez Pathé puis à la Biograph. Lorsque cette compagnie s’installe en Californie, il devient un proche collaborateur de David Wark Griffith (cf. "Naissance d’une nation" où Walsh interprète l’assassin de Lincoln) qui l’envoie au Mexique tourner un documentaire sur la vie de Pancho Villa, "The life of General Villa". Walsh se mêle aux hommes de Villa, assiste aux combats contre les "federales" et va même jusqu’à reconstituer des combats. Parfois la fiction est plus réelle que la réalité...

In old Arizona

Dans les années 20, il tourne de nombreux films, comédies ou drames avec notamment Mary Pickford dans "Rosita, chanteuses des rues" et Douglas Fairbanks dans "Le voleur de Bagdad", un des plus gros succès de Walsh dans les les années 20. C’est en 1929 qu’il perd l’oeil droit lors du tournage du film "In old Arizona" où il tenait le rôle principal. Sa carrière d’acteur est finie, sa carrière de réalisateur se poursuit. Désormais il portera un bandeau sur l’oeil droit qui lui donne l’allure d’un pirate.

C’est dans les années 30 et 40 qu’il se révèle vraiment avec des chefs d’oeuvre tels que "Les fantastiques années vingt" en 1939, "L’enfer est à lui" en 1949, tous deux avec James Cagney, ou encore" La charge fantastique" (1941) et "Gentleman Jim " (1942) avec Erroly Flynn, "La grande évasion" (1941) avec Humphrey Bogart.

Les fantastiques années 20

Dans "Les fantastiques années vingt" Walsh montre le désarroi de trois combattants qui reviennent de la guerre de 14-18 et qui ne trouvent pas de travail. L’un deux, Lloyd Hart, reprend son travail d’avocat. George Hally interprété par Humphrey Bogart devient bootlegger. Eddie Bartlett, joué par James Cagney devient chauffeur de taxi, mais il est arrêté pour avoir livré de l’alcool à la patronne de cabaret, Panama Smith. Celle-ci paie la caution d’Eddie qui ensuite crée une compagnie de taxis. Les affaires d’Eddie prospèrent. Lloyd, devenu l’avocat d’Eddie s’éprend de Jean qui chante dans le cabaret de Panama. Eddie s’associe à Hally qui entre-temps est devenu un chef de gang, mais rompt l’association le jour où Hally tue un garde. Cela ne peut que finir mal et ça finit mal. Eddie tue George et est abattu à son tour. Le film n’est pas qu’un film de gangster banal, car Walsh montre comment des héros de guerre en viennent à s’engager dans la carrière de trafiquants d’alcool, comment ce trafic les enrichit et transforme Hally en tueur. Les fantastiques années 20...

Les fantastiques années 20

L’enfer est àlui

"L’enfer est à lui" est un des sommets de la période que l’on a appelée "film noir" entre 1940 et 1950. Le film raconte la sanglante destinée de Cody Jarett, un tueur psychopathe. James Cagney est exemplaire dans son interprétation de ce tueur sadique sans scrupules, pathologiquement attaché à sa mère, dont la destinée se conclut, en apocalypse, dans l’explosion d’une usine à gaz. Jarett avant de mourir a le temps de hurler "Je suis le maître du monde, maman !" Peut-être une référence au Scarface d’Howard Hawks où Tony Camonte (interprété par le génial Paul Muni) regarde par la fenêtre de son appartement un globe terrestre où est inscrit "Le monde est à vous" ? A noter aussi que Cody Jarett comme Tony Camonte est marqué par une relation incestueuse, Cody avec sa mère, Tony avec sa soeur.

Fin de "L’enfer est à lui", "White heat"

Aventurier, sportif, bagarreur, paillard, intellectuel à ses heures, un brin misogyne et grand buveur, Walsh a les mêmes contradictions que tous les "cinéastes-aventuriers" (William Wellman, Howard Hawks, John Huston, Sam Peckinpah), c’est à dire plutôt "réacs" et nostalgiques d’une époque révolue. Mais si les films de Walsh évoquent l’amitié virile et la violence, il n’empêche que parfois ils se révèlent comme des pamphlets antimilitaristes ("Les nus et les morts, 1958).

Longtemps catalogué comme un cinéaste d’action et donc comme un réalisateur qui ne privilégie pas la psychologie des personnages, il semble que Walsh ait été sous-estimé. Mais heureusement quelques critiques français prennent la défense de ce cinéaste de l’aventure, du rythme et de l’action. Ce n’est qu’en 1964 après son dernier film ("La charge de la huitième brigade) que Walsh est enfin reconnu comme un auteur. Si l’on prend l’exemple du héros "positif" de "Barbe noire le pirate", le chirurgien Robert Maynard, il s’avère que celui-ci veut toucher une récompense en prouvant que Sir Henry Morgan, ancien pirate et devenu corsaire pour l’Angleterre a toujours des liens avec Edward Teach, alias Barbe Noire. Drôle de héros positif qui s’engage dans l’équipage de Barbe noire à seule fin de trahir son ancien maître Morgan, de trahir Barbe Noire dont il doit gagner la confiance, le tout pour de l’argent.

Pour conclure, on peut affirmer sans hésiter que Raoul Walsh a ouvert la voie à Aldrich, Scorcese, Peckinpah, Fuller, Eastwood. Action, action, action !

 

Jacques Becker

 


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Culture

Les festivals accessibles, demandez le programme !

Le Festival de Marseille 19 juin / 12 juillet 2013 Festival de premier plan dans le réseau international des grandes plateformes de la création contemporaine et référence sur son territoire, le Festival de Marseille affiche, depuis sa création en (...)

Festival Horizons Décalés

Festival Horizons Décalés

À Verquières, petite ville de Provence entre St Rémy et Cavaillon, nous avons retrouvé Alain Comoli et Patrick Coindre de l’association voyageuse Handivers Horizons. Nous parlions de cinéma ensemble dans le dossier du mois de mars en évoquant déjà le (...)

Festival de Marseille_danse et arts multiples

Festival de Marseille_danse et arts multiples

Le festival de danse de Marseille met son degré d’exigence quant à la qualité de l’accessibilité de ses spectacles au même niveau que celui de sa programmation. Lieux accessibles, traduction en langue des signes, billetterie dédiée, audiodescription, (...)

Cinémas accessibles à Marseille

Les Cinémas accessibles à Marseille : Cinéma Pathé Madeleine Accès aux personnes à mobilité réduite Au cœur des 5 avenues, le cinéma Pathé Madeleine vous accueille dans une de ses 8 salles équipées en son numérique et dolby Stéréo et 2 de ces salles sont (...)

« Vous allez au cinéma ? À quoi ça sert, vous n'y voyez rien ! »

« Vous allez au cinéma ? À quoi ça sert, vous n’y voyez rien ! »

Et oui, on peut être déficient visuel et cinéphile ! Non seulement on peut écouter la bande-son et s’immerger dans l’ambiance et l’action d’un film, mais depuis plus de vingt ans l’audiodescription permet de profiter des moindres détails.Dorothée Lombard (...)

Un cinéma décalé, vers de nouveaux horizons

Un cinéma décalé, vers de nouveaux horizons

T’es trop nase est un huis clos entre deux amis, l’un handicapé, l’autre valide, qui tourne à l’affrontement. Ce court-métrage, présenté pour la première fois au Festival Horizons Décalés en 2012, puis dans de nombreux autres festivals a reçu un très bon (...)

Festi Life

Festi Life

Pour la première fois en France, un festival international du court-métrage dédié au handicap, et cela va avoir lieu à Marseille, au Château de la Buzine. Festi Life est une « extension » du festival Look & Roll qui est organisé tous les deux ans en (...)

Handicap et cinéma, une longue histoire

Handicap et cinéma, une longue histoire

Pendant de nombreuses années, au cinéma, la place du handicapé était, au mieux, celle d’un faire-valoir du héros du film. Qu’il soit bossu, aveugle, unijambiste, sourd, muet, il était le compagnon de la vedette, jamais la vedette. Des vrais-faux (...)

Intérieur nuit / Extérieur jour ou l'expérience du noir

Intérieur nuit / Extérieur jour ou l’expérience du noir

Le deuxième volet du projet participatif Intérieur Nuit / Extérieur Jour viendra enrichir en octobre la programmation de la Capitale. Compté parmi les quelques événements artistiques abordant le handicap tant dans le contenu que dans la forme, il se (...)

Le Bal des Intouchables

Le Bal des Intouchables

Antoine Rigot, metteur en scène et co-fondateur avec sa femme Agathe de la Compagnie Les Colporteurs, nous a reçu dans sa roulotte couleur prune pour nous parler du Bal des Intouchables. Le spectacle a lieu du 9 au 23 février dans un magnifique et (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique