Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Colloque Handicaps et vie sexuelle

4. Colloque Handicaps et vie sexuelle

Le 4 juin dernier s’est tenu à l’Alcazar le colloque « Handicaps : si on parlait vie sexuelle ? » organisé par la Ville de Marseille. Ce sujet sensible et controversé dont on parle tant depuis quelques mois, et depuis que le Comité consultatif national d’éthique a ouvert la voie en faisant part de ses recommandations en 2012, questionne beaucoup mais semble n’apporter que peu des réponses incertaines et parcimonieuses.

Face à ces doutes, effectivement, l’intitulé est bien posé, si on parlait vie sexuelle ?. Commençons par en parler, mettre à plat les approches éthiques, juridiques et déontologiques dans un premier temps, histoire d’y voir un peu plus clair, à défaut d’être prêts aujourd’hui à apporter des solutions concrètes.
Et même s’il est aussi difficile d’en parler, au moins les tabous tombent doucement.

Norbert Campagna, professeur associé de philosophie à l’Université du Luxembourg, a présenté une approche éthique de la question : La sexualité des personnes handicapées, pourquoi est-il si difficile d’en parler ?
Depuis plusieurs années nous dit-il, on observe une évolution certaine concernant la sexualité des personnes handicapées. Certaine requêtes des personnes handicapées ayant été satisfaites cela permet de se tourner vers d’autres questions comme la sexualité.

Cependant il distingue encore cinq facteurs d’empêchement d’une évolution favorable :

  • Les préjugés encore vivaces concernant les personnes en situation de handicap.
  • Un sentiment de gène concernant la sexualité des personnes handicapées qui empêche un débat serein.
  • Une complexité à savoir quel type de discours employer. Comment parler de ce débat, sur quel plan le placer ? Et notamment la question de la sexualité comme droit fondamental et ce que cela implique.
  • La peur de certaine solution, notamment que la reconnaissance d’une assistance sexuelle ait des conséquences sur une éventuelle reconnaissance de la prostitution.
  • Enfin, une peur de parler de sexualité en général. Parler de la sexualité des personnes handicapées nous renvoie à notre propre sexualité, dont nous avons également du mal à parler.

Norbert Campagna soulève donc la nécessité pour tous et chacun de réfléchir à sa propre sexualité, de pouvoir la problématiser.
Il nous invite à réfléchir à l’importance accordée à la sexualité dans notre culture, une société hyper sexualisée où chacun se doit de s’y épanouir. Également une sexualité happée par le système économique dont la mainmise des grands groupes empêche la réflexion !

Du côté juridique, autour de la question Quelles évolutions du droit pour l’expression et l’épanouissement de la sexualité des personnes handicapées ?, Géraldine Chapurlat, formatrice juriste consultante, revient sur le droit français et l’accompagnement sexuel et les recommandations du CCNE.
Le CCNE précise : La reconnaissance d’une assistance sexuelle professionnalisée, reconnue et rémunérée, nécessiterait un aménagement de la législation prohibant le proxénétisme. La seule mise en relation de la personne handicapée et de l’aidant sexuel peut effectivement être assimilée à du proxénétisme qui, rappelle le CCNE, dans le code pénal figure dans la section intitulée Les atteintes à la dignité humaine. Et de souligner : Si une chose est interdite pour tout le monde, pour des raisons éthiques, il semble difficile d’envisager qu’elle soit autorisée dans le cadre d’initiatives individuelles et seulement au profit de certaines personnes.

Mais le CCNE reconnait tout de même que si l’infraction pénale est avérée elle peut bénéficier d’absences de poursuites pénales, le CCNE suscite ainsi certaines initiatives.

La question de l’accompagnement sexuel en France reste encore indissociable de la question de la prostitution, bien que des voix s’expriment au-delà de ça et que certains pays voisins montrent l’exemple apparemment sans problèmes éthiques ou juridiques.

Pour François Crochon, sexologue clinicien à Villeurbanne, c’est le témoignage des personnes concernées qui importe avant tout et qui est absolument nécessaire. C’est avant tout la personne en situation de handicap qui est experte de sa propre vie.. Et il nous met en garde contre le phénomène de sur-protection : en effet, à trop vouloir le « bien » des personnes on peut aussi les sur-handicaper en les vulnérabilisant d’avantage. Ayant théoriquement tous les mêmes droits, nous avons aussi le droit à l’échec dans la vie sexuelle et affective pour nous permettre de progresser.
François Crochon insiste sur le fait qu’il faut « libérer la parole ». Libérer la parole c’est libérer la pensée, et aller au delà des peurs et des craintes évoquées.

François Crochon est également chef de mission au CE.R.H.E.S. (Centre ressources handicaps et sexualités) de Villeurbanne, qui développe des outils adaptés et des recherches appliquées sur le handicap, notamment par le biais de formations et la sensibilisation (professionnels, personnes en situation de handicap, bénévoles....).

Les témoignages des personnes en situation de handicap, lors de cette rencontre, semblent assez significatifs et auraient mérités d’occuper une place plus centrale. Ainsi cette éducatrice qui poursuit une interrogation et un cheminement depuis quelques mois sur le thème de la sexualité au sein de son établissement, La Chrysalide, nous montre un petit film où sont questionnés quelques résidents. En réponse à la question « qu’est-ce que c’est pour toi la sexualité ? », seules la protection et la contraception sont évoquées, ainsi que la crainte des MST. Il y aurait un échec de l’éducation sexuelle. On ne parle pas du plaisir ou du désir. Le débat reste encore fermé.
Il y a aussi le témoignage de ce couple IMC (infirme moteur cérébral). Ils vivent ensemble grâce à la formule HandiToît et nous racontent les difficultés de leur parcours en institution. Les instituts ne favorisant en général pas cette relation, ils ont pu commencer à s’épanouir grâce au soutien et à la « complicité » de certaines personnes.

Était également présente Vivette Chomat, formatrice en travail social à Marseille, qui souligne qu’il y a un véritable travail d’apprentissage à effectuer, car on parle de sexualité pour les adultes mais il est vrai que tout cela est un cheminement qui se construit depuis tout petit.

Au niveau des initiatives et des ressources sont intervenus Le Tamanoir, sous la houlette du professeur et conseiller Piotr Illitch Mandragora, le CO.DE.S 13 (comité d’éducation pour la santé), représenté par Anne Reinert, psychologue, qui propose des outils pour l’accompagnement des équipes et met en place des espaces de parole, le Planning familial 13 avec la comédienne Chloé Martinon et la conseillère Chloé Lemoult, qui nous présente une expérience originale, le théâtre comme tiers dans l’éducation sexuelle et comme moyen de dialogue, l’association ASEXYBILITÉ de Marseille qui œuvre pour favoriser les rencontres et lutter contre l’isolement, et Mireille Dechelette, infirmière à l’IME Le Colombier de la Roque d’Anthéron qui s’inspire d’un modèle canadien d’ateliers d’éducation sexuelle pour enfants et adolescents.

A côté de ces approches, les réalités physiques concrètes ne percent pas réellement. Les principaux concernés, experts de leur propre vie, n’ont pas été assez sollicités. De ce colloque qui a le mérite de porter le débat à l’ensemble de la population, une conclusion semble se détacher « la réflexion doit se poursuivre pour évoluer et pour trouver des solutions nécessaires, adaptées et concrètes ! »


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
1 vote

Le magazine > Société

Bien plus que des vacances

Bien plus que des vacances

Loisirs Provence Méditerranée, c’est déjà une longue histoire. Plus de quarante années à proposer des séjours de vacances pour tous. "Pour tous" car depuis dix ans, l’association LPM se consacre aussi au secteur adapté et plus particulièrement aux (...)

Une fenêtre ouverte sur la Provence

Une fenêtre ouverte sur la Provence

La Provence, terre de prédilection pour le tourisme, l’est-elle aussi pour les vacances des handicapés ? Après notre passage au Centre Régional du Tourisme PACA (CTR), nous pouvons en être sà »rs, les collectivités territoriales soutiennent activement (...)

Bouches-du-Rhône, "sous le soleil exactement"

Bouches-du-Rhône, "sous le soleil exactement"

En première ligne dans la démarche d’accessibilité au tourisme adapté, Bouches-du-Rhône Tourisme c’est à la fois un travail de terrain pour la labellisation des sites et établissement touristiques ; c’est aussi, à travers le site visitprovence.com, un (...)

L'accessibilité touristique, un train en marche.

L’accessibilité touristique, un train en marche.

La France est depuis les années quatre-vingt dix la première destination touristique au monde (74 millions d’arrivées comptabilisées en 2010). A ce flot ininterrompu de touristes se joignent, pendant les vacances, les millions de français qui (...)

2. Habicap sous toutes les coutures

Habicap sous toutes les coutures

Anne-Marie Bouzon a fondé la société Habicap en 2003 avec Annick Goncalvès dans la confection de costumes de scène et de vêtements de créateur. C’est en constatant que certains de ses amis en fauteuils avaient quelques difficultés à se vêtir qu’il lui (...)

Le regard, un miroir qui déforme

"Ne pas se fier aux apparences", "L’habit ne fait pas le moine", nombre d’adages ont popularisé l’idée que la véritable identité, l’appréhension du vrai se situe sous le vernis et non à la surface des choses et des gens. Pourtant, l’image que nous (...)

4. Une passerelle entre deux mondes

Une passerelle entre deux mondes

Longtemps interdite en France, il a fallu attendre la loi de février 2005 pour que la Langue des Signes Française (LSF) soit enfin reconnue comme une langue à part entière. Cette reconnaissance tardive, amène aujourd’hui les publics sourds à (...)

La formation des architectes à l’accessibilité

Anne Monteux architecte, dispense à des maîtres d’oeuvres des formations sur l’accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées. Elle nous présente son rôle d’informations et de conseils sur les textes en vigueur, textes qui peuvent paraître à (...)

On est heureux nationale 7

Avec ses huit millions de passagers transportés par an, ses trente huit lignes régulières et ses navettes autoroutières, le réseau de transport Cartreize peut figurer parmi les bons élèves de l’accessibilité. Dès 2004, sur la liaison Aix-Marseille les (...)

En voir de toutes les couleurs

Les personnes porteuses d’un handicap visuel seraient-t-elles les oubliées de l’accessibilité ? Rencontre avec Jean-Louis Sereni, directeur adjoint de "L’Arc- en-Ciel", un des établissements de l’Institut Régional des Sourds et Aveugles de Marseille (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain