Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Un réseau étudiant au service de l’emploi

Au sein de l’école de commerce Euromed management, l’association solidaire Unis-Terre abrite depuis 2007 le projet Hand in Hand, qui œuvre pour favoriser l’intégration des personnes handicapées dans la sphère du travail.
Leurs actions de sensibilisation s’adressent aux étudiants de l’école, mais aussi aux entreprises des Bouches-du-Rhône.
Enrichi d’un réseau actif d’associations sur le thème du handicap, Hand in Hand est membre de la FÉDÉEH, avec laquelle ils organisent notamment les handicafés, agit sur les journées Handivalides avec l’association Starting-block et gère le Comité des réussites des Bouches-du-Rhône, un réseau de parrainages bénévoles accompagnant des personnes handicapées, créé par l’ADAPT.
Nous avons rencontré Pauline Josien, étudiante en master et chef engagée de ce projet.

Handimarseille : Pouvez-vous vous présenter et parler du projet Hand in Hand ?

Pauline Josien : Je suis étudiante à l’École Euromed Management, en deuxième année, en Master de Management.
Je suis chef du projet Hand in Hand, qui fait partie de l’association Unis-Terre. Unis-Terre est la plus grosse association en développement durable et solidaire étudiante en France.
On a 17 projets en cours, des projets locaux et internationaux. Hand in Hand est un de ces projets locaux.
Il a trois pôles, en quelque sorte :
- Le pôle Comité des réussites, on gère le Comité des réussites de Marseille en partenariat avec l’ADAPT.
- Le pôle sensibilisation, le but étant de sensibiliser les étudiants de notre école, qui sont les futurs managers de demain, au handicap : connaître les chiffres importants, connaître la loi en vigueur en France, notamment la loi des 6%, mais aussi de la communication sur tout ce qui se fait autour du handicap en France.
On organise aussi la journée Handivalides, en partenariat avec l’association Starting-block, c’est une journée où on va mettre en place des ateliers, ce sera par exemple un parcours en fauteuil roulant, un bandeau sur les yeux, des dégustations dans le noir, le but étant que l’étudiant se mette à la place d’une personne handicapée.
- Le dernier pôle c’est le pôle tutorat, on a lancé ce pôle-là pour répondre aux attentes des entreprises qui souhaitent engager des personnes en situation de handicap, ne serait-ce que vis-à-vis de l’obligation légale, le problème étant que ces personnes n’ont souvent pas les requis pour accéder aux emplois qu’ils voudraient leur donner, donc notre but en lançant un tutorat aux lycéens handicapés à Marseille, c’est de les inciter à poursuivre leurs études après le bac : 80% des lycéens handicapés s’arrêtent après le bac et ne vont pas plus loin.

H : Depuis combien de temps existe ce projet ?

P.J : Il existe depuis 2007. L’association Unis-Terre a été crée en 2004 par des étudiantes d’Euromed management.
En 2010/2011 on a restructuré le projet en prenant la tête du Comité des réussites, et cette année on a lancé le projet tutorat, et le partenariat avec l’association Starting-block, c’est une association qui va aider les structures étudiantes de France tournées vers le handicap à organiser les journées Handivalides.

H : La sensibilisation se fait-elle aussi au niveau du professorat et de l’administration ?

P.J : Oui, par exemple on a la volonté d’organiser un repas dans le noir pour l’administration d’Euromed management. Après ce qu’il faut savoir c’est qu’ils sont très impliqués dans tous ce qui est politique de handicap. On est une école qui s’est tourné vers la RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise) et qui se veut responsable, donc l’administration est assez sensibilisée déjà à ce type de politique.

H : Pouvez-vous nous présenter le Comité des réussites ?

P.J : Le Comité des réussites est un réseau qui a été lancé par L’ADAPT (Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées) dans les années 2000, face à une volonté d’aider les personnes au chômage et en situation de handicap à trouver un emploi, de les aider en complément des infrastructures telles que Cap emploi, en leur proposant un parrainage. Celui de Marseille a été lancé récemment, en juin 2010

H : Qui peut devenir parrain, comment cela se passe, quelles sont les formalités ?

P.J : Pour devenir parrain il n’y a pas vraiment de conditions, puisque dans notre Réseau des réussites à Marseille, il y a autant des personnes qui sont dans la vie active, que des étudiants ou des retraités. Tout le monde peut devenir parrain, le tout est d’être assez motivé pour suivre un parrainage pendant une durée qui peut être assez longue, ça peut durer un mois comme ça peut durer un an. Les formalités c’est juste de se connecter sur le site de l’ADAPT, faire une demande et après on est redirigé directement vers le Réseau des réussites qui est le plus proche de chez soi.

H : Et pour être parrainé quelles sont les démarches à faire, et les conditions ?

P.J : Les démarches sont les mêmes, on peut se connecter sur le site de l’ADAPT, ou alors nous rencontrer lors des salons où l’on est présent, par exemple le Salon Autonomic où de nombreuses personnes sont venues nous demander si on pouvait les parrainer. Il n’y a pas de conditions, à part être reconnu handicapé et être en recherche d’emploi.

H : Quel est le nombre de parrains et de parrainés à Marseille ?

P.J : À Marseille on a une dizaine de parrainés pour quatre parrains qui sont là régulièrement. On a de plus en plus de demandes de parrainages. Ce qui nous manque c’est les parrains parce qu’ils ne peuvent pas prendre plus d’une ou deux personnes sous leurs ailes car ça demande du temps et de l’implication.
Du coup on cherche des parrains.
Il y a plus de demandes de parrainages parce que je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui voudraient parrainer mais qui pensent ne pas avoir le temps de le faire, alors qu’en soi ça ne prend pas énormément de temps, ça va prendre une à deux heures par semaine maximum.

H : Est-ce que vous mettez les parrainés en relation avec des entreprises ?

P.J : Non, ce n’est pas notre rôle, notre rôle est complémentaire à celui de Cap emploi, dans le sens où on fait surtout de l’accompagnement personnalisé. Lorsque l’on est dans une situation où l’on cherche un emploi on va être confronté à des obstacles et le rôle du parrain c’est vraiment de motiver le parrainé, de lui donner confiance en lui. C’est un travail en amont, c’est-à-dire qu’on va l’aider à travailler ses lettres de motivations, ses CV, à construire une carrière professionnelle, mais on ne va pas les amener directement à rencontrer des entreprises.

H : Comment s’organise le travail et quels plans d’action sont mis en place ?

P.J : Le comité se réunit une fois par mois pour discuter des parrainages en cours, proposer de nouveaux parrains ou de nouvelles personnes à parrainer. Globalement la réunion dure 1h30. Ensuite quand un parrain rencontre des difficultés avec son parrainé, il peut contacter l’ensemble du Réseau par mail ou par téléphone et nous poser ses questions par rapport à ces problèmes.
Ensuite on organise une fois dans l’année un Café des réussites, le nôtre a eu lieu le 15 novembre à la Caisse d’épargne de la Préfecture, le but étant de parler d’un sujet sur le handicap, soit sur un handicap spécifique, soit global, par exemple cette année on a parlé du thème du VIH et de l’emploi.

H : Depuis le début de ces actions quels sont les retours que vous avez de la part des parrainés ?

P.J : La plupart des parrainés sont satisfaits de leur parrainage. Quand un parrainé et un parrain s’entendent bien du coup le parrainage se passe très bien. Après on a des personnes qui sont parrainées qui ne trouvent pas d’emploi parce que ce sont des procédures assez longues, par exemple pour avoir la reconnaissance en tant que travailleur handicapé. Les parrainages qui se sont terminés se sont bien déroulés. Après on a d’autres soucis c’est que souvent on contacte nos parrainés et eux ne nous donne plus de nouvelles, on n’a pas forcément de retours de leur part, on ne sait pas si c’est parce que ce serait un retour négatif ou si c’est simplement par manque d’engouement ou qu’ils n’ont plus envie d’être parrainés.

H : Est-ce que les parrains vous font part de certaines critiques ou des améliorations à apporter à ce dispositif ?

P.J : Le souci c’est qu’on n’est pas nombreux, eux ce qu’ils veulent c’est que l’on soit plus nombreux, c’est leur principale critique.

H : Avez-vous des résultats concrets depuis la création du Réseau de Marseille ?

P.J : On a onze parrainés qui ont trouvé un emploi depuis, on en a actuellement six en cours et quelques-uns en attente de parrainages.

H : Est-ce que vous avez connaissance de ces résultats au niveau national ?

P.J : Au niveau national globalement c’est à peu près les mêmes résultats, en principe le parrainé trouve un emploi. Si ce n’est pas le cas souvent c’est la personne qui a décidé d’arrêter le parrainage ou d’arrêter de chercher un emploi. Quand ça fait 2, 3 ans qu’ils cherchent un emploi, qu’ils ont des refus répétés, des refus également d’entrée en formation, ils arrêtent tout simplement de chercher.

H : Est-ce que ce Réseau est présent et étendu dans beaucoup de régions ?

P.J : La volonté de l’ADAPT est d’en développer un dans chaque département, toujours d’en créer de nouveaux. Aujourd’hui il y a 33 réseaux des réussites, il y en a en Corse, dans la région Île-de-France, ou dans le Nord, un peu partout.

H : Vous avez également participé à l’organisation des handicafés, pouvez-vous nous en parler ? Comment se déroulent-ils ?

P.J : L’handicafé est un événement qui à la base est créé par la FÉDÉEH (Fédération étudiante pour une dynamique études et emploi avec un handicap).
C’est un genre de forum pour l’emploi qui est adapté aux personnes en situation de handicap, et qui est beaucoup plus centré sur les candidats aux postes que dans un forum typique, ça va être beaucoup plus convivial, par exemple il y a la possibilité de boire un café etc.
La volonté c’est vraiment qu’il y ait un véritable échange avec l’employeur et le candidat, de ce fait les inscriptions aux handicafés sont très limitées, en général on a deux candidats pour une entreprise présente, le but étant que ce ne soit pas comme dans les forums où vous passez sur un stand et vous avez deux minutes pour vous présenter, là la personne handicapée a vraiment le temps d’exposer ses motivations, d’expliquer ce qu’elle recherche dans un emploi ce dont elle a besoin comme poste.
C’est aussi un moyen de les remotiver dans leur recherche d’emploi puisque souvent ceux qui sont présents sur les handicafés n’ont pas fait de forum depuis un certain moment et dans ce type de contexte plus convivial ils sont plus incités à aller vers les entreprises.

H : Quand se passera le prochain handicafé à Marseille ?

P.J : Il y a déjà eu deux handicafés à Marseille qui étaient organisés au sein d’Euromed management, cette année ce ne sera probablement pas dans notre école, on est en train de voir avec la FÉDÉEH pour l’organiser avec Polytech Marseille, sûrement autour de janvier ou février 2013, on n’a pas encore déterminé la date.

H : Est-ce qu’il existe encore des freins ou des réticences de la part des entreprises à embaucher des personnes handicapées ?

P.J : Il y a plusieurs problématiques. Un des principaux freins pour les entreprises à embaucher des personnes handicapées c’est l’inadéquation au poste. Les personnes en situation de handicap n’ont pas forcément le bon niveau pour répondre aux postes à pourvoir. Par exemple une entreprise telle qu’ Eurocopter va chercher des personnes qualifiées et les personnes en situation de handicap qui ont un diplôme d’ingénieur ce n’est pas fréquent.

Il y a aussi la problématique du type de handicap. Les handicaps lourds vont plus effrayer les entreprises et là le frein ce ne sera pas les recruteurs qui eux sont enclins à employer des personnes en situation de handicap, mais ça va être un problème au niveau des managers qui ne sont pas forcément assez sensibilisé et qui peuvent parfois refuser d’avoir une personne en situation de handicap dans leur équipe. Ils ne connaissent pas le handicap et ils ne savent pas forcément quels sont les moyens qui peuvent être mis en place pour compenser le handicap.

Voir en ligne : Comité de parrainages


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Société

sites/handimarseille/IMG/jpg/L-adulte-handicape-pourrait-suivre-ses-parents-tres-ages_reference.jpg

À domicile ou en maison de retraite, comment se faire accompagner au mieux (...)

Quels types d’accompagnements et de prises en charge en matière de soins et de projet de vie ? Si nous posons la question à une personne âgée, elle répondra qu’elle préfère avant tout rester à son domicile. Pour le lui permettre, des dispositifs (...)

2. Lourdement handicapé et âgé, où aller ?

Lourdement handicapé et âgé, où aller ?

Depuis 2005, Patrick Perin dirige le Foyer d’accueil médicalisé Les Tilleuls situé à Bouc-Bel-Air, qui accueille les personnes âgées en situation de handicap mental. Un modèle à découvrir et à suivre... Handimarseille : Est-ce que vous pouvez vous (...)

1. Vieillir avec un handicap

Vieillir avec un handicap

Ce mois-ci, Handimarseille a souhaité traiter du sujet de la vieillesse et des personnes en situation de handicap vieillissantes. D’ici à 2050, un Français sur trois aura plus de 60 ans et 4,5 millions de personnes dépasseront les 85 ans. Aujourd’hui (...)

1. Adolescence et handicap, une transition délicate

Adolescence et handicap, une transition délicate

Entrer dans l’adolescence c’est se confronter aux grandes questions de la vie. Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu’est-ce que je veux ? Que puis-je espérer ? Comment me construire, forger mon identité propre ? Comment me faire accepter des autres ? C’est le (...)

3. Bénéficier d'un accompagnement, c'est essentiel !

Bénéficier d’un accompagnement, c’est essentiel !

Muriel Joncheray est chargée d’insertion dans un Etablissement et Service d’Aide pas le Travail (ESAT). Maillon essentiel de l’intégration des jeunes handicapés dans le monde du travail, Muriel prend le relais chaque fois que le besoin s’en fait (...)

2. Une passerelle entre travail en milieu protégé et milieu ordinaire

Une passerelle entre travail en milieu protégé et milieu ordinaire

Professionnelle de l’insertion, Malika Derdour a toujours travaillé auprès de personnes en difficulté d’insertion professionnelle. En tant que directrice adjointe d’un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT), elle gère une équipe (...)

2. Avec elle en classe, tout se passe bien

Avec elle en classe, tout se passe bien

Quatre années en tant qu’assistante de vie scolaire ont permis à Cécile d’accumuler la rigueur et la technique que lui impose cette activité professionnelle. Malgré la précarité de son statut, elle se donne à 100% pour les élèves dont elle s’occupe et (...)

1. Handicap et intégration scolaire, deux notions difficiles à associer

Handicap et intégration scolaire, deux notions difficiles à associer

L’intégration scolaire des enfants en situation de handicap n’est pas un postulat, n’est plus un préambule. Elle est devenue et résonne au fil des ans et des revendications acharnées comme une évidence, de celles qui donnent corps et matière à la loi. (...)

2. Portes ouvertes sur le grand sud

Portes ouvertes sur le grand sud

Lorsqu’en 2008 l’Office de Tourisme et des Congrès de Marseille décide de prendre part à la démarche de labellisation Tourisme et Handicap, c’est à Marie-Hélène, sous couvert de sa direction, que l’on confie la mission. Avec passion et humilité, sans (...)

1. Vacances, to go or not to go ?

Vacances, to go or not to go ?

Depuis une dizaine d’années, la thématique de l’accessibilité à la Cité en général et au tourisme en particulier ont fait l’objet d’une réflexion nourrie. Ainsi, au terme d’un déversement considérable de matière grise, les mondes universitaire, associatif, (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain