Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Mon handicap glisse sur l’eau

Les dispositifs d’accès à la baignade à Marseille

La Cité phocéenne met à disposition, depuis plusieurs années, des plages accessibles aux personnes handicapées. L"™accès à la mer a été facilité par l"™aménagement sur les plages du Prado d"™un ponton adapté et de fauteuils amphibies, les "tiralos", qui permettent aux personnes les plus lourdement handicapées de goà »ter aux joies de la baignade. A travers un partenariat entre la ville de Marseille et l’association Unis Cité, de nombreux jeunes effectuent chaque année leur service civique "les pieds dans l’eau", au service de ces baigneurs venus de tout l’hexagone s’immerger dans les eaux calmes du "mare nostrum". Baigneurs, accompagnateurs, tous témoignent pour nous.

Mon handicap glisse sur l'eau

Les personnes en situation de handicap aspirent à des vacances et à des loisirs "normalisés", intégrés dans le monde de ceux qui partagent les mêmes envies, les mêmes activités. Les principales demandes concernent l’accessibilité des transports, des établissements et des sites touristiques, la fiabilité et objectivité de l’information, mais aussi une sensibilisation du monde du tourisme à leurs besoins spécifiques. Quand toutes ces conditions d’accessibilité ne sont pas remplies, leurs vacances et leurs loisirs prennent la couleur du triste cortège de l’exclusion "temporaire".
Il existe à Marseille un endroit où toutes ces conditions sont réunies... Les plages du Prado.
La municipalité s’est engagée auprès d’Unis-Cité pour une période de trois ans. Pionnière du service civique avec la création du statut "volontaire associatif " en 1994, Unis-cité Méditerranée a recruté dès juin 2010 cinquante volontaires sur la thématique du handicap. Tout l’été, les volontaires en t-shirts oranges se mettent au service des personnes non valides sur les dispositifs d’accès à la baignade des plages du Prado. Ils ont en charge la mise à disposition des "Tiralos" et l’accompagnement des personnes handicapées qui souhaitent pratiquer une des activités proposées par la Ville de Marseille [1].

Et ces vacanciers sont conquis ! Moments de plaisirs partagés à la fois avec les animateurs et avec les baigneurs alentours. On discute de la température de l’eau, on échange sur ses sensations, petites conversations de comptoir sur le rebord du tiralo. Les enfants sur la plage questionnent leurs parents " Pourquoi elle est sur un fauteuil dans l’eau, la dame ?", et les parents d’expliquer... et ça vit, ça circule, sans gène... comme si en maillot, on avait moins peur de se mettre à nu.
Il était temps que de telles initiatives aient lieu !
"Moi j’arrive dès 9h du matin ! Avant l’installation de ce dispositif d’accès à la baignade, ça faisait des années, au moins vingt ans que je ne m’étais pas baignée. L’accueil d’Unis Cité : c’est merveilleux, là je me sens jeune !" nous dit Ginette "parisienne, mais je suis quand même marseillaise depuis 52 ans ! J’habite ici, je préfère Marseille".
"C’est mon premier bain de l’année ! C’est magnifique ! je recommencerais tout à l’heure (rires) ; je ne peux pas me passer de l’eau. C’est une très bonne expérience. Nous avons de bonnes relations avec les "accompagnateurs", relations amicales, ils sont très disponibles aussi", nous dit Nadine qui "habite ici sur Marseille" et ne partira pas en vacances cet été.

Les animateurs eux aussi sont ravis ! "C’est une expérience magnifique", dit Sarah Ben Abdecelem, 21 ans, future éducatrice spécialisée, en regardant avec douceur Virginie, une estivante parisienne qu’elle conduit à l’eau dans un fauteuil spécial. "J’ai des bisous, des remerciements. Pour moi aussi c’est la main que j’attendais qu’on me tende".
"On ne vient pas pour l’argent", confirme Sophia Khemiri, 20 ans. "Je suis heureuse de me lever le matin, de retrouver des personnes différentes, qui nous apprennent beaucoup. Et si en plus ça fait bon citoyen, c’est deux en un ! Il n’y a pas que des jeunes qui volent des voitures !", s’exclame-t-elle.
"Mes copains trouvent que j’ai du courage, mais moi je pense que ça fait du bien. Et ça ferait du bien à beaucoup de monde", commente, trempé et tout sourire, Joël Faggianelli, 22 ans [2].
"Ce que j’en pense, c’est trop magique, c’est trop bien, ça nous permet de faire des rencontres nouvelles. Il n’y a pas de mots pour ça. C’est trop beau, de pouvoir partager ces moment avec des personnes qui ne peuvent pas aller à l’eau. On est là pour les aider, pour les accompagner, pour parler avec eux.". Samir 22 ans.

Etre animateur, accompagnateur de séjours c’est aussi une première expérience professionnelle pour des jeunes qui se destinent à une carrière dans le médico-social. En effet les personnes en situation de handicap sont des touristes comme les autres, mais avec des besoins spécifiques qui requièrent parfois un accompagnement pour faciliter certains moments des vacances ou pendant les loisirs.
Dans la plupart des cas, la personne handicapée demande une compagnie avant tout dynamique, motivée et volontaire, pour effectuer les tâches qu"™elle ne peut pas faire toute seule.
Quel est leur rôle exact ? : avant tout être à l’écoute et savoir détecter quand la personne a besoin d"™aide. Beaucoup de personnes en situation de handicap sont autonomes pour la plupart des actes courants et n"™ont besoin de quelqu"™un que pour certains actes spécifiques. Il faudra donc proposer et non imposer son aide.
"On a vraiment des adeptes comme Julie ou Ginette qui sont là dès 9h et elles attendent qu’on ait tout mis en place pour se mettre à l’eau. Ca fait plaisir parce qu’on se sent vraiment utiles"... "Ce que l’on a en retour ? ce qui revient le plus, c’est un grand merci, c’est un grand sourire et c’est déjà pas mal, en fait c’est énorme !" Sophie 23 ans, volontaire à Unis Cité.
D"™autres personnes de plus faible autonomie nécessitent plus de vigilance et de présence de la part des animateurs. Dans tous les cas, respecter la personne est important : il faut veiller à la dignité des personnes handicapées, ne pas les infantiliser ni les surprotéger etc. [3].

Unis Cité, ce ne sont pas que les tiralos ou le ponton adapté, il y a aussi les missions d’accueil et d’accompagnement à la Vieille Charité : "il y a une mission à la Vieille Charité, avec une exposition sur l’orientalisme qui était très attendue et donc nous sommes présents pour accueillir et accompagner les personnes handicapées qui souhaiteraient faire l’exposition" de même "qu’il y a aussi une mission à la BMVR (bibliothèque municipale à vocation régionale) à l’Alcazar, au département "lire autrement". Sophie 23 ans, volontaire à Unis Cité.
Le monde associatif, celui des organisateurs de séjours de vacances adaptées et le monde institutionnel sont aujourd’hui nourris par une conviction : le droit aux vacances existe pour tous et il doit être appliqué. On pourrait disserter sans fin sur la vacuité sans nom du concept de "droit aux vacances" ; restons plus simplement dans la reconnaissance et la défense des droits des personnes handicapées.
Ici, il n’est pas question de tout réduire au coeur et aux bons sentiments, mais il n’est pas interdit de s’interroger. Sans le coeur, sans l’amour, qu’est-ce qu’on fait pousser sur terre ?
Handimarseille vous rapporte un témoignage d’humanité à travers l’action des encadrants et se joint à eux pour vous souhaiter de bonnes vacances.

Notes

[1] sur Marseille.fr site officiel de la Ville de Marseille

[2] revue de presse Unis Cité 2010 / dépêche AFP / Catherine Hours

[3] guide vacances Unat


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
1 vote

Le magazine > Sport

Mon handicap glisse sur l'eau

Mon handicap glisse sur l’eau

La Cité phocéenne met à disposition, depuis plusieurs années, des plages accessibles aux personnes handicapées. L"™accès à la mer a été facilité par l"™aménagement sur les plages du Prado d"™un ponton adapté et de fauteuils amphibies, les "tiralos", qui (...)

Le torball, en quête de re-connaissance internationale.

Présentation d’un sport de ballon pour aveugles et mal-voyants, le torball. Très populaire en France, il est en perte de vitesse sur la scène internationale.

Handisport : Regards croisés sur l'accessibilité.

Handisport : Regards croisés sur l’accessibilité.

Entretien avec Yann Skyronka et Alex Borgia, membres du Comité Handisport des Hautes Alpes, réalisé dans le cadre du Congrès Éducasport en juin 2009 au Palais du Pharo.

Rencontre avec Myriam Chomaz

Rencontre avec Myriam Chomaz

Myriam Chomaz, boxeuse professionnelle, est actuellement championne du monde WBC en catégorie super plume. Elle s’implique également dans le monde du sport handicap

Marc Mollo : en transat, sans fauteuil.

Marc Mollo : en transat, sans fauteuil.

Rencontre avec Marc Mollo, "œaccidenté de la vie" , qui initia le projet Voiles au large il y a 15 ans.

Aaron "Wheel" Fotheringham ou le "tape-cul extrême"

Aaron Fotheringham, alias « Wheel », est-il né avec des roulettes ? Toujours est-il qu"™il est un « skateboarder en chaise roulante » qui réalise des figures adaptées du skate et du BMX.

Yoga, troubles et handicaps

Yoga, troubles et handicaps

Le yoga, l’état du handicap mental, la pratique et le lien avec tout être. La thérapie, le corps et les troubles rencontrés : tout cela donne naissance au livre de Wattelle, en fait, réédition d’un livre de 1975 difficile à (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain