Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

"Persévérez, ça finira par payer !"

Un CDI plus que mérité !

Depuis le mois de juin, Ahamada Delchade, jeune handicapée de 21 ans, a pu décrocher un poste d’employé de restauration au sein de la Clinique La Résidence du Parc à Marseille. Un CDI qu’elle doit à sa persévérance et à un accompagnement efficace. Franchissant pas à pas les étapes, elle est aujourd’hui parfaitement intégrée à son équipe de travail où elle fait figure d’employée modèle !

4. "Persévérez, ça finira par payer !"

Handimarseille. - Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Delchade Ahamada - Bonjour, je m’appelle Ahamada Delchade, j’ai 21 ans.

H. - Quel est votre handicap ?

D.A. - J’ai un retard scolaire. J’étais en SEGPA et j’avais un retard par rapport aux autres donc on m’a mis dans une école spécialisée.

H. - Quelle activité exercez-vous ?

D.A. - Je travaille à la Clinique la Résidence du Parc où je suis E.D.R ( Employée De Restauration. On prépare les entrées, les desserts, tout ce qui est préparation froide.

H. - Cette activité est-elle en lien avec une formation que vous avez reçue au préalable ?

D.A. - J’ai été formée au départ quand j’étais stagiaire avant de signer un CDI, ce n’était pas facile au début. J’ai un stage, des petits contrats et en juin, j’ai signé le CDI.

H. - Comment avez-vous décidé de votre orientation professionnelle ?

D.A. - Depuis toute petite, je voulais travailler dans la cuisine coà »te que coà »te, et j’y suis arrivée aujourd’hui grâce à l’école où j’étais avant, le Centre Escat. Ensuite, je suis entré dans l’ESAT et j’ai pu grâce à Muriel qui s’occupe de moi, décrocher un CDI.

H. - Avez-vous eu un accompagnement spécifique pour déterminer votre projet professionnel et le mener à bien ?

D.A. - Oui, j’ai eu un éducateur spécialisé, Monsieur Setita, et j’ai eu aussi un prof pour le stage, Monsieur Scapa, c’est lui qui m’a permis d’en être là aujourd’hui et le directeur, monsieur Vandrieche.

H. - Comment avez-vous décroché ce poste ?

D.A. - Il y avait une place de libre, la personne était partie donc j’y suis allée, j’ai fait un essai, j’ai fait un stage. J’ai plu à la Chef qui m’a fait au début un petit contrat et enfin, elle m’a fait signer un contrat en poste fixe de 35 heures.

H. - Est-ce que ce poste répond en partie aux attentes que vous aviez au niveau professionnel ?

D.A. - Oui, ça répond à mes attentes car je voulais travailler en cuisine depuis toute petite.

H. - Comment s’est passé l’entretien d’embauche ?

D.A. - J’étais avec Malika, la directrice adjointe de l’ESAT et la Chef m’a dit que c’était bien, que j’étais un bon élément et après elle m’a dit que j’avais mon CDI. J’étais très contente, je l’attendais, ça faisait longtemps.

H. - Comment s’est passée votre prise de poste ? Avez-vous un aménagement spécifique ?

D.A. - Non, je suis totalement autonome. Il y a la Chef qui donne les ordres et nous on fait ce qu’elle nous dit.

H. - Comment se déroule votre journée de travail ?

D.A. - Le matin quand j’arrive, il faut remplir les brocs pour servir aux malades, avec le pain, mettre tout ça sur les chariots, faire la mise en place de la chaîne et ensuite, faire le nettoyage des machines. Ensuite, on a la préparation froide à préparer, le nettoyage, la plonge et on fait une chaîne de 11h à 12h où on sert les patients, on est assisté par une diététicienne pour contrôler qu’il n’y a aucun problème au niveau hygiène. Et quand on revient en cuisine, on fait la plonge des petits-déjeuners. Pareil pour le midi et le soir. On finit en général vers 19h15.

H. - Quels sont vos rapports avec vos collègues de travail ?

D.A. - Ça se passe très bien. On travaille en équipe, quand il y en a qui sont absents, on les remplace, je les aide.

H. - Quels conseils donneriez-vous aux jeunes en situation de handicap qui espèrent décrocher un premier poste ?

D.A. - Leur dire que c’est très difficile parce que comme on est handicapé, mais je veux leur dire qu’il ne faut pas baisser les bras, qu’il faut continuer et persévérer et qu’un jour, ça finira par payer, comme pour moi.

H. - Quel message aimeriez-vous faire passer aux employeurs qui vont embaucher un travailleur en situation de handicap ?

D.A. - Ne pas hésiter à prendre des gens qui sont handicapés, on est comme les autres à part juste que l’on a un handicap. Ce n’est pas parce qu’il y a la crise qu’il ne faut pas embaucher les gens, il ne faut pas être méchant.

H. - Merci

D.A. - Merci à vous

Propos recueillis par Yoann Mattei


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

3. Prendre soin du corps c'est prendre soin de la personne

Prendre soin du corps c’est prendre soin de la personne

Marie est infirmière à Marseille en chirurgie orthopédique. Elle accompagne les patients avant et après leurs interventions chirurgicales qui, après un grave accident, peuvent les laisser handicapés.Son travail quotidien est basé sur le rapport au (...)

2. Occulter son corps, une question de survie

Occulter son corps, une question de survie

« C’est compliqué pour moi parce que je n’ai pas l’habitude de parler de mon corps. Je m’en fous de parler de mon corps. On m’a appris à m’en foutre et c’est ce que je fais. J’ai toujours entendu que je n’étais pas belle à regarder, que j’étais une (...)

1. Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Irène est éducatrice spécialisée dans un institut, elle s’occupe de jeunes enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale.Le rapport au corps dans son travail fait partie de son quotidien. Il se retrouve tant dans la pratique que dans les questionnements (...)

1. A la recherche du temps perdu

A la recherche du temps perdu

"Plonger dans sa mémoire et ses souvenirs vous donne le sentiment d’être en vie", nous dit René Daumas. Cet homme âgé de 90 ans vit seul depuis le décès de son épouse il y a 6 ans. Été comme hiver, immergé dans ses lectures, ses souvenirs ou des films de (...)

3. Quand les vacances ne sont plus qu'un souvenir

Quand les vacances ne sont plus qu’un souvenir

Aide à domicile depuis 7 ans, Joëlle ne prend pas de vacances cet été, en effet le travail ne manque pas ! Elle nous brosse un tableau plutôt sombre des vacances à domicile que passent les personnes âgée et/ou en situation de handicap chez qui elle (...)

2. Vacances ou lutte contre l'ennui ?

Vacances ou lutte contre l’ennui ?

Pas facile de lutter contre l’ennui quand on ne part pas en vacances. Thomas essaie au maximum de sortir voir ses amis et de faire des activités de loisirs, mais les occasions sont rares notamment à cause de la distance. Pourtant, échanger, (...)

4. Une vie de couple bouleversée par un accident

Une vie de couple bouleversée par un accident

"Il s’est mis dans la peau de la victime et ça a été très dur à gérer. Il s’est senti un peu mis à l’écart d’une vie sociale et professionnelle. Et ça a été difficile pour nous parce qu’il passait par des moments d’abattement, de révolte qui retombaient sur (...)

3. Laissez nous nous aimer !

Laissez nous nous aimer !

Handicap ou pas, Isabelle et David se sont plu tout de suite. "Il aurait marché cela ne m’aurait pas dérangé" lance t-elle avec humour. En neuf ans de relation, ils ont appris à s’aimer de plus en plus, de mieux en mieux, à être à l’écoute l’un de (...)

2. On ne voit bien qu'avec le coeur...

On ne voit bien qu’avec le coeur...

"On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux." Patrick et Marguerite sont d’emblée touchés l’un par l’autre, pas besoin d’en passer par un jeu de séduction. Si leur situation de handicap commune a favorisé leur rencontre et (...)

1. Vivre ensemble, rien de plus

Vivre ensemble, rien de plus

En couple depuis sept ans, Céline et Yonathan souhaitent à tout le monde le bonheur de s’aimer comme ils s’aiment. L’un à Nancy, l’autre à Marseille, la relation à distance finit par leur peser, bien plus que leur handicap qui paraît lourd à leur (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique