Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Une nouvelle école pour un nouveau départ.

Pour Éva, l’arrivée dans sa nouvelle structure ne pose pas de problème. Elle va retrouver quelques anciens camarades à elle, qui étaient à l’école de la Grotte-Rolland et va même pouvoir suivre les cours pendant le début de l’année scolaire avec son ancien professeur. C’est donc en toute confiance qu’elle aborde sa future rentrée scolaire.

4. Une nouvelle école pour un nouveau départ.

Handimarseille : Est-ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?

Éva Poggioli : Je m’appelle Éva Poggioli Esther.

H : Tu as quel âge ?

E.P : J’ai 17 ans.

H : Quel est ton handicap ?

E.P : J’ai un cytomégalovirus depuis ma naissance et j’ai un retard et une hypotonie faciale.

H : À quel endroit vas-tu faire ta rentrée cette année ?

E.P : Je vais rentrer à l’annexe Menpenti.

H : Est-ce que tu sais quelles démarches ont été faites par tes parents pour ta rentrée ?

E.P : Oui. Ma mère a fait des demandes pour tout, à Menpenti pour la kinésithérapie et l’orthophonie, et elle a aussi demandé à une entreprise de me livrer des repas là-bas.

H : Est-ce qu’avant de savoir que tu allais à Menpenti, tu avais déjà visité l’école

E.P : Oui. Je l’avais visitée avec une amie.

H : Qu’est-ce que tu en savais de l’école Menpenti avant d’y aller ?

E.P : Avant, je ne savais rien de cette école, mais quand je l’ai visitée, j’ai pu en savoir un petit peu plus.

H : Qu’est-ce qui va être différent par rapport à tes anciennes écoles ?

E.P : Pas beaucoup de choses. Je vais avoir des cours avec mon ancien professeur, qui va y travailler là-bas pendant 6 mois, et un autre cours avec le professeur de Menpenti.

H : Est-ce que tu vas avoir une AVS (auxiliaire de vie scolaire) ?

E.P : Non, je ne pense pas. Je sais que ma mère a fait une demande mais je sais pas si ça a été accepté.

H : Comment s’est passée ta scolarité jusqu’à maintenant ?

E.P : Ça s’est bien passé.

H : Quelle est ta matière préférée ?

E.P : J’aime bien l’histoire et la géographie.

H : Qu’est-ce qui te plaît dans l’histoire et la géographie ?

E.P : Dans l’histoire, c’est d’avoir connu un peu les deux guerres mondiales, ce qui s’est passé avant le début de l’ère de la technologie, tout ça. Et la géographie, j’aime bien parce qu’on fait des découvertes de certains pays, le nombre d’habitants. J’aime aussi les mathématiques, parce qu’avant j’étais en colère contre ça, maintenant ce n’est plus un problème...

H : Comment vas-tu aller à Menpenti ?

E.P : Ma mère a reçu un appel du Conseil Général pendant les vacances à propos de mon transport et donc là, je ne sais pas qui sera le chauffeur, qui va m’y amener. Je le saurais à l’heure du matin de la rentrée. Le Conseil Général nous fait le suspense.

H : Qu’est-ce que tu attends de ta rentrée scolaire ?

E.P : J’espère que ça va bien se passer.

H : Le fait que ce soit dans une nouvelle école, ça te fait peur ?

E.P : Ça dépend, un petit peu oui, parce qu’on cherche ses repères.

H : Si tu avais un message à faire passer aux lecteurs d’Handimarseille, ce serait lequel ?

E.P : Il faut que certains professeurs soient à la fois patients et devraient être attentifs dans le travail de l’élève et comprendre ce qui ne va pas.

H : Merci Éva.

E.P : Merci.

Propos recueillis par Yoann Mattei


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
1 vote

Le magazine > Témoignages

3. Prendre soin du corps c'est prendre soin de la personne

Prendre soin du corps c’est prendre soin de la personne

Marie est infirmière à Marseille en chirurgie orthopédique. Elle accompagne les patients avant et après leurs interventions chirurgicales qui, après un grave accident, peuvent les laisser handicapés.Son travail quotidien est basé sur le rapport au (...)

2. Occulter son corps, une question de survie

Occulter son corps, une question de survie

« C’est compliqué pour moi parce que je n’ai pas l’habitude de parler de mon corps. Je m’en fous de parler de mon corps. On m’a appris à m’en foutre et c’est ce que je fais. J’ai toujours entendu que je n’étais pas belle à regarder, que j’étais une (...)

1. Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Irène est éducatrice spécialisée dans un institut, elle s’occupe de jeunes enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale.Le rapport au corps dans son travail fait partie de son quotidien. Il se retrouve tant dans la pratique que dans les questionnements (...)

1. A la recherche du temps perdu

A la recherche du temps perdu

"Plonger dans sa mémoire et ses souvenirs vous donne le sentiment d’être en vie", nous dit René Daumas. Cet homme âgé de 90 ans vit seul depuis le décès de son épouse il y a 6 ans. Été comme hiver, immergé dans ses lectures, ses souvenirs ou des films de (...)

3. Quand les vacances ne sont plus qu'un souvenir

Quand les vacances ne sont plus qu’un souvenir

Aide à domicile depuis 7 ans, Joëlle ne prend pas de vacances cet été, en effet le travail ne manque pas ! Elle nous brosse un tableau plutôt sombre des vacances à domicile que passent les personnes âgée et/ou en situation de handicap chez qui elle (...)

2. Vacances ou lutte contre l'ennui ?

Vacances ou lutte contre l’ennui ?

Pas facile de lutter contre l’ennui quand on ne part pas en vacances. Thomas essaie au maximum de sortir voir ses amis et de faire des activités de loisirs, mais les occasions sont rares notamment à cause de la distance. Pourtant, échanger, (...)

4. Une vie de couple bouleversée par un accident

Une vie de couple bouleversée par un accident

"Il s’est mis dans la peau de la victime et ça a été très dur à gérer. Il s’est senti un peu mis à l’écart d’une vie sociale et professionnelle. Et ça a été difficile pour nous parce qu’il passait par des moments d’abattement, de révolte qui retombaient sur (...)

3. Laissez nous nous aimer !

Laissez nous nous aimer !

Handicap ou pas, Isabelle et David se sont plu tout de suite. "Il aurait marché cela ne m’aurait pas dérangé" lance t-elle avec humour. En neuf ans de relation, ils ont appris à s’aimer de plus en plus, de mieux en mieux, à être à l’écoute l’un de (...)

2. On ne voit bien qu'avec le coeur...

On ne voit bien qu’avec le coeur...

"On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux." Patrick et Marguerite sont d’emblée touchés l’un par l’autre, pas besoin d’en passer par un jeu de séduction. Si leur situation de handicap commune a favorisé leur rencontre et (...)

1. Vivre ensemble, rien de plus

Vivre ensemble, rien de plus

En couple depuis sept ans, Céline et Yonathan souhaitent à tout le monde le bonheur de s’aimer comme ils s’aiment. L’un à Nancy, l’autre à Marseille, la relation à distance finit par leur peser, bien plus que leur handicap qui paraît lourd à leur (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain