Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Tellement utiles, mais tellement chères !

Yvette Boyer présidente de l’association "Choisir sa vie", fait part de ses attentes concernant l’accès aux nouvelles technologies qui lui permettent au quotidien de ne pas être tributaire des autres : Des prix plus abordables et surtout des délais moins longs pour l’accord des financements !!

H - Pouvez-vous vous présenter ?

Yvette Boyer - Je suis madame Yvette Boyer, je suis présidente de l’association "Choisir sa vie" et je siège aussi à la MDPH, la Maison Départementale Des Personnes Handicapées. J’aide aussi les personnes, pour faire leurs dossiers pour la MDPH.

Mélissa - Je suis Mélissa, secrétaire de "Choisir sa vie".

Catherine - Je suis également secrétaire de "Choisir sa vie".

Yvette Boyer - Catherine est une personne, qui nous accompagne et qui nous aide dans certains dossiers et les démarches administratives.

H. - Pouvez-vous nous dire ce qu’est l’association "Choisir sa vie" ?

Yvette Boyer - L’association "Choisir sa vie" c’est une association qui a été créée par des personnes handicapées pour des personnes handicapées, pour faire remonter tous nos problèmes financiers et d’assistance, et faire en sorte qu’on puisse avoir plus de poids au niveau du Conseil Général, de la Région, du Département, de la Mairie et de l’Etat.

H. - Concernant la compensation de votre handicap, avez-vous accès aux nouvelles technologies ?

Yvette Boyer - J’essaie d’y avoir accès. Au niveau de l’appartement, la porte qui s’ouvre avec une télécommande. Normalement, il devrait en être de même pour la lumière et les volets, mais pour l’instant ça ne marche pas. Tout cela, c’est pour me permettre d’être le plus autonome possible, et de n’avoir recours à aucune aide pour allumer la lumière, et remonter les stores ou les redescendre. J’ai aussi une télécommande vocalisée pour allumer la télé.

H. - Est-ce que vous avez une assistance spécifique sur votre ordinateur ?

Yvette Boyer - J’ai un logiciel pour éviter d’utiliser un joystick avec mon poignet ou mes doigts.

Mélissa - Effectivement, là on a fait l’acquisition d’un logiciel Dragon Naturally Speaking.

H. - Quelle est l’innovation technologique qui vous a le plus marquée, ces dernières années ?

Yvette Boyer - L’ordinateur, les portes qui s’ouvrent automatiquement, et le tramway aussi, qui est complètement accessible. Tout ce qui peut nous être accessible, c’est un plus pour nous, parce qu’on se sent moins handicapé et tributaire des gens.

H. - Pour quels types de handicaps, les avancées ont été les plus significatives, selon vous ?

Yvette Boyer - Pour les sourds notamment avec le télétexte ; pour les aveugles au niveau du cinéma et des feux de signalisation.

Catherine - Egalement les bandes sonores, les livres enregistrés.

Mélissa - Sur les trottoirs des sortes de clous (bandes podo-tactiles) alerte la personne déficiente visuelle de la proximité du quai. Ce n’est pas technologique, mais c’est une avancée assez considérable.

Catherine - J’ai remarqué certains feux rouges qui sont aménagés pour les non voyants.

Mélissa - Mais c’est plus avancé dans d’autres pays. A Madrid par exemple, c’est un son d’oiseau qui retentit.

Yvette Boyer - C’est le cas en Angleterre, en Allemagne et dans certains pays de l’est. Malheureusement, la France est un peu en retard au niveau technologique, pour les personnes handicapées.

H. - Quel est le coà »t de ces innovations, pour les personnes handicapées ?

Yvette Boyer - C’est très cher. Il faut demander une subvention à la MDPH, au Conseil Général, la Sécurité Sociale, et parfois la mutuelle pour acheter un fauteuil ou tout ce qui est technologique. Même un joystick, ça coà »te 150 Euros ou 100 Euros. En fait, ça dépend la manière dont on actionne les touches. Ces innovations sont souvent trop chères et l’utilité qu’on en a, est grande.

H. - Quels sont les délais ?

Yvette Boyer - Il faut compter au moins six mois, si ce n’est pas un an entre le dépôt du dossier et la réponse à la requête. Au niveau des demandes, on ne peut pas commander sans avoir les accords des organismes qui paient.

H. - Avez-vous des anecdotes à raconter ?

Yvette Boyer - J’ai payé moi-même les feux sur mon fauteuil, et pourtant une personne handicapée est une personne qui vie comme tout le monde et qui sort le soir. Si elle n’a pas les feux, elle ne peut pas sortir, parce que les voitures risquent de la renverser, comme elle n’est pas vraiment perceptible. Comme vous le voyez, j’ai des petites roues increvables. Si des roues crèvent, on a droit à un ou deux remboursement dans l’année. Je trouve stupide que l’on rembourse une crevaison et que l’achat de petites roues qui ne se crèvent pas ne soient pas remboursé intégralement. On a plein d’anecdotes à raconter, comme le métro qui est soi-disant accessible.

Mélissa - Effectivement, les quais sont accessibles, mais pas les rames, c’est lamentable.

Yvette Boyer - Si les politiques prenaient davantage en compte tout ce qui pourrait nous être accessible, les personnes handicapées qu’elles soient aveugles, sourdes, malentendantes ou handicapées physiques, auraient moins de problèmes.


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Sciences et Techno

Rendre internet accessible, c'est possible !

Rendre internet accessible, c’est possible !

Nombre d’individus s’imaginent qu’il est facile pour une personne handicapée de naviguer sur internet, et pourtant... Entre des sites peu accessibles et un coût du matériel qui frôle l’indécence, les internautes en situation de handicap sont encore loin (...)

Une kinect au service du handicap

Une kinect au service du handicap

Frédéric Bonnier, directeur de Génération TV, vit en colocation avec des personnes en situation de handicap et côtoie des personnes sourdes et malentendantes. C’est sous leur impulsion que l’idée de créer une borne de reconnaissance gestuelle lui est (...)

Legare ou la clé du lien

Isabelle Chemin, c’est une plasticienne comme on n’en fait peu. En plus de son travail artistique, et via son association Chemin des Sens, elle propose une palette d’initiatives artistiques où les émotions, les sensations, sont vectrices de lien (...)

Indignation sur la toile

Tout est parti de ce qui pourrait paraître une banale histoire de toilette matinale. Louis van Proosdij, tétraplégique, est tout à coup privé de sa douche quotidienne. La raison ? Des économies de bouts de chandelles sans doute. Après 27 ans d’une vie (...)

Une kinect au service du handicap

Frédéric Bonnier, directeur de Génération TV, vit en colocation avec des personnes en situation de handicap et côtoie des personnes sourdes et malentendantes. C’est sous leur impulsion que l’idée de créer une borne de reconnaissance gestuelle lui est (...)

Handi-TV... La télé qui fait bouger les mentalités !

Depuis 2008, les personnes en situation de handicap ont enfin leur télé. C’est Handi-TV. Cette chaîne, qui a germé dans l’esprit de Stéphane Thau, se veut un lieu d’échanges, de partage, de réflexion. Son leitmotiv, montrer les initiatives que les (...)

Thérapies comportementales et cognitives, apprendre à être autrement

Thérapies comportementales et cognitives, apprendre à être autrement

Julie Meininger psychologue clinicienne de formation a orienté son travail thérapeutique vers les thérapies comportementales et cognitives afin de pouvoir proposer des solutions plus concrètes à ses patients et les rendre acteurs de leur thérapie. (...)

La zoothérapie, un mieux-être grâce à la médiation animale

La zoothérapie, un mieux-être grâce à la médiation animale

Les animaux ont un fort pouvoir thérapeutique auprès des personnes souffrant d’anxiété, de dépression, de troubles du comportement. Nathalie Chardeyron, zoothérapeute a réuni toute une petite équipe de chiens, lapins et cochons d’Inde, qu’elle amène (...)

Musicothérapie, quand la musique nous raccorde au monde

Musicothérapie, quand la musique nous raccorde au monde

Après un parcours atypique fait de musique, de bois, de thérapie, de formations, de petits métiers divers et variés, Jérôme Chartier a trouvé sa voix et sa voie : musicothérapeute. Depuis plusieurs années maintenant, il intervient auprès des centres de (...)

Quand l'hôpital ouvre ses portes à la sophrologie

Quand l’hôpital ouvre ses portes à la sophrologie

Éliane Lheureux, ouvre une fenêtre sur les médecines douces pour les patients du Service de soins palliatifs en oncologie médicale à l’hôpital de la Timone. Binôme indispensable d’Éric Dudoit, psycho-oncologue, elle nous explique ici son travail quotidien (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique