Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Quand apprendre est un casse-tête

Nous y avions déjà fait allusion dans notre dossier du mois de mai sur les handicaps invisibles [1] : les troubles cognitifs, intimement liés aux troubles psychomoteurs, sont de ces handicaps qui ne se voient pas et dont le diagnostic peut prendre un certain temps. Touchant un grand nombre d’écoliers et rendant leur scolarité souvent difficile, les troubles cognitifs sont en ce mois de rentrée au cœur de notre dossier.

Mais de quoi parle-t-on ?

En premier lieu, il faut rappeler ce qu’est la cognition : c’est l’ensemble des activités et des entités qui se rapportent à la connaissance et à la fonction qui la réalise. En fait, comme l’indique Wikipédia [2], ce terme désigne « non seulement les processus de traitement de l’information dits "œde haut niveau" tels que le raisonnement, la mémoire, la prise de décision et les fonctions exécutives en général, mais aussi des processus plus élémentaires comme la perception, la motricité ainsi que les émotions ».
En clair : une personne souffrant d’un handicap cognitif rencontrera des difficultés dans une ou plusieurs activités intellectuelles.

Pour l’UNAFTC [3], le terme handicap cognitif recoupe la notion de dysfonctionnement neuropsychologique. Dans la CIM 10 (Classification statistique Internationale des Maladies et des problèmes de santé connexes [4]), cela renvoie aux :

  • Troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ;
  • Troubles spécifiques de l’acquisition de l’articulation,
  • Troubles de l’acquisition du langage (dont dysphasie, aphasie, surdité verbale, trouble réceptif auditif congénital),
  • Troubles spécifiques du développement des acquisitions scolaires (lecture, orthographe, arithmétique, expression écrite...),
  • Troubles spécifiques du développement moteur (dont dyspraxie de développement).

Étonnamment, seul le DSM-IV-TR (Outil de classification des troubles mentaux) fait référence au déficit de l’attention et à l’hyperactivité. Ce dernier est souvent associé à un trouble d’acquisition de la coordination, ce qui a donné naissance à l’acronyme DAMP : Déficit en Attention, contrôle Moteur et Perception.

Mr Conte, le président de Coridys, que nous avons interviewé ce mois-ci [5] insiste sur le fait que ces troubles doivent être mieux définis, de façon plus claire, pour être correctement pris en compte (notamment par la MDPH). La page d’accueil de l’association liste brièvement les troubles auxquels ils consacrent leurs efforts, ce qui nous permet d’en nommer plus précisément : dyslexies, dysorthographies, dyscalculies, dysgraphies, troubles attentionnels, dyspraxies, hyperactivité, dysphasies. Définitions des plus claires et conseils pour repérer et pallier les déficiences chez les élèves sont à disposition sur le site de l’Université Pierre Mendès-France (Grenoble) [6].

Les troubles psychomoteurs les recoupent : sous cette appellation, on retrouve notamment la dysgraphie, la dyscalculie, la dyspraxie et les troubles de l’attention/hyperactivité. Mais on citera aussi la dystonie, l’hypertonie et la paratonie (troubles du tonus musculaire), les tics et stéréotypies, les troubles de la dominance latérale...
Les préconçus, la vulgarisation à l’extrême des sciences pourraient porter à croire que les troubles psychomoteurs se réduisent aux difficultés d’apprentissage de l’enfant. Pourtant, ils touchent également les adultes. Citons les Docteurs Poinso, Arnaud-Castiglioni, Rufo et Vedie [7] : « les troubles psychomoteurs peuvent être réduits à des désordres de l’activité corporelle qui ont une signification relationnelle ; ou bien on peut considérer aussi comme des troubles psychomoteurs, les troubles de l’efficience motrice (rendement moteur) et de l’organisation praxique (maîtrise des rapports spatiaux, temporels et symboliques dans l’action) ou encore des troubles cognitifs (représentations du corps, de l’espace et du temps). Enfin, tous les grands syndromes psychiatriques comportent des aspects psychomoteurs ».

Différentes causes sont évoquées. Les troubles cognitifs peuvent résulter d’une naissance prématurée, d’une maladie (épilepsie, insuffisance rénale, diabète, IMC, autisme, maladies génétiques telles que myopathie de Duchenne, X fragile, syndrome de Down...), d’un accident vasculaire cérébral ou d’un traumatisme crânien. Les troubles psychomoteurs peuvent aussi provenir de troubles psychiatriques (on pense en particulier à la schizophrénie) ; sont généralement associés facteurs génétiques, neurobiologiques et psychosociaux.

Ces troubles forment un handicap...
Existentiel : il imprègne le quotidien, entravant vies scolaire et professionnelle, gênant l’accès à l’autonomie, entachant communication et interactions... Quelle qualité de vie a-t-on lorsque l’on a du mal à écrire ou compter correctement, lorsque l’on oublie tout ou que l’on est incapable de retrouver son chemin ?
Invisible : à première vue, rien ne transparaît. Comment légitimer ses manquements lorsque l’on n’a rien à montrer pour expliquer ? Comment convaincre St Thomas ? Comment savoir si ceux qui ne nous connaissent pas sauront comprendre ?
Marginalisant : dans une société où chacun court après la meilleure performance, où la compétition est rude entre étudiants, postulants ou employés et où chacun se targue d’avoir le meilleur bijou de technologie possible, les difficultés cognitives poussent à se mettre en retrait et à cacher ses petites failles...

Que peut-on faire ?

Des méthodes existent, qu’il s’agisse de rééduquer ou de compenser. Les avancées technologiques (GPS, système de dictée par ordinateur, etc...) peuvent être précieuses. Dans tous les cas, la prise en charge doit être pluridisciplinaire (kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie, orthoptie, psychomotricité, suivi psychologique cognitif, neuropsychologie....) L’environnement (scolaire, familial, amical) de la personne touchée tient la part belle dans ses efforts et réussites, à la fois pour soutenir moralement et pour accompagner, stimuler, aider à progresser.
- Certains dispositifs sont mis en place à l’école : Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS), Programme Personnalisé de Réussite Educative (PPRE), Classes d’Intégration Scolaire (CLIS), aides telles qu’Auxiliaire de Vie Sociale (AVS), Aide aux Elèves Handicapés (ASEH)...

Lorsque les troubles concernent la mémoire, le sujet peut être désorienté, désemparé, avoir une sensation « d’inquiétante étrangeté » : en effet, pas facile de se sentir bien dans une vie qu’on ne reconnaît plus, avec un vécu qu’on a du mal à s’attribuer... Il faut être accompagné pour faire face à ce désarroi.

Mais des pertes de mémoire, des difficultés à se concentrer, on en a tous eues : quand est-ce que cela mérite le qualificatif de handicap ?
La réponse est donnée par Pierre-François Pelliccia, psychologue cognitiviste [8] : « Les défaillances importantes sont appelées déficiences cognitives, et la notion plus complexe de handicap cognitif intervient si les difficultés observées entraînent un désavantage social ».

Nathalie Griesbeck, dans son article « État de la législation en matière de dyslexie : vers une solution européenne ? » [9], constate la différence de prise en charge de la dyslexie selon les pays d’Europe, et combien nos différentes langues se distinguent dans leur apprentissage, plus ou moins aisé. Ainsi, la France, le Danemark et la Grande-Bretagne sont davantage touchés du fait de l’irrégularité de leur langue !

5 à 12% des Européens seraient dyslexiques, dont environ 2,5 millions d’écoliers. S’il a toujours existé, leur trouble n’a pas la même reconnaissance partout : certains pays l’ont fait très tôt (Hollande, Belgique, Grande-Bretagne, pays scandinaves) tandis que d’autres sont à la traîne : l’Espagne et la Grèce ont récemment pris des mesures, mais le Portugal reste très en retard. En France, ce n’est qu’en 1989 que la classification de l’OMS a intégré les troubles du langage ; il aura fallu attendre 2002 pour qu’un plan d’action soit entrepris, et 2005 pour que des mesures concrètes soient lancées (Loi pour l’avenir de l’école : aide et aménagements pour les enfants atteints de troubles du langage oral et écrit) [10].

Il y a beaucoup à dire sur les handicaps cognitifs, nos témoins du mois en sont la preuve. Il y a aussi beaucoup de choses à faire : à notre échelle, il s’agit d’élargir nos horizons, ouvrir nos esprits. Commençons par porter un autre regard sur ceux qui nous entourent, et de leur tendre la main lorsque nous détectons une gêne de leur côté. Gardons-nous des jugements hâtifs, peut-être même des jugements tout court, et ne soyons pas trop critiques envers notre prochain. Ayons conscience que si certains ne sont pas des « cracks » en mathématiques ou n’ont pas une orthographe parfaite, cela pointe peut-être vers un trouble reconnu et non une certaine paresse intellectuelle... Et lorsque cela concerne nos proches, n’oublions pas que la meilleure stratégie est de combiner les méthodes, d’aller puiser en chacune l’aide qu’elle saura apporter, pour un résultat enrichi et étoffé. Avant tout, pensons à les soutenir, à les accompagner et lorsque c’est nous qui devons être encouragés, un seul mot d’ordre : persévérance !

L.L.

Post-scriptum

Le 10 octobre sera célébrée la « DYS Pride  ». Plus d’infos sur http://dyspride.over-blog.com/

Notes

[1] http://www.handimarseille.fr/le-dos...

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Cognition

[3] Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens : http://www.traumacranien.org/

[4] Une partie de la CIM 10 est accessible ici : http://www.dimdi.de/dynamic/en/klas...

[5] Cf. (URL)

[6] http://webu2.upmf-grenoble.fr/scied...

[7] "Sémiologie des troubles psychomoteurs", EMC Psychiatrie - Disponible sur le web : http://www.em-consulte.com/article/...

[8] http://informations.handicap.fr/art...

[9] http://www.apedys.org/dyslexie/arti...

[10] Voir par exemple le texte du PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation, http://dcalin.fr/textoff/pps_2006.html


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
2 votes

Le magazine > Société

3. À domicile ou en maison de retraite, comment se faire accompagner au mieux ?

À domicile ou en maison de retraite, comment se faire accompagner au mieux (...)

Quels types d’accompagnements et de prises en charge en matière de soins et de projet de vie ? Si nous posons la question à une personne âgée, elle répondra qu’elle préfère avant tout rester à son domicile. Pour le lui permettre, des dispositifs (...)

2. Lourdement handicapé et âgé, où aller ?

Lourdement handicapé et âgé, où aller ?

Depuis 2005, Patrick Perin dirige le Foyer d’accueil médicalisé Les Tilleuls situé à Bouc-Bel-Air, qui accueille les personnes âgées en situation de handicap mental. Un modèle à découvrir et à suivre... Handimarseille : Est-ce que vous pouvez vous (...)

1. Vieillir avec un handicap

Vieillir avec un handicap

Ce mois-ci, Handimarseille a souhaité traiter du sujet de la vieillesse et des personnes en situation de handicap vieillissantes. D’ici à 2050, un Français sur trois aura plus de 60 ans et 4,5 millions de personnes dépasseront les 85 ans. Aujourd’hui (...)

1. Adolescence et handicap, une transition délicate

Adolescence et handicap, une transition délicate

Entrer dans l’adolescence c’est se confronter aux grandes questions de la vie. Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu’est-ce que je veux ? Que puis-je espérer ? Comment me construire, forger mon identité propre ? Comment me faire accepter des autres ? C’est le (...)

3. Bénéficier d'un accompagnement, c'est essentiel !

Bénéficier d’un accompagnement, c’est essentiel !

Muriel Joncheray est chargée d’insertion dans un Etablissement et Service d’Aide pas le Travail (ESAT). Maillon essentiel de l’intégration des jeunes handicapés dans le monde du travail, Muriel prend le relais chaque fois que le besoin s’en fait (...)

2. Une passerelle entre travail en milieu protégé et milieu ordinaire

Une passerelle entre travail en milieu protégé et milieu ordinaire

Professionnelle de l’insertion, Malika Derdour a toujours travaillé auprès de personnes en difficulté d’insertion professionnelle. En tant que directrice adjointe d’un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT), elle gère une équipe (...)

2. Avec elle en classe, tout se passe bien

Avec elle en classe, tout se passe bien

Quatre années en tant qu’assistante de vie scolaire ont permis à Cécile d’accumuler la rigueur et la technique que lui impose cette activité professionnelle. Malgré la précarité de son statut, elle se donne à 100% pour les élèves dont elle s’occupe et (...)

1. Handicap et intégration scolaire, deux notions difficiles à associer

Handicap et intégration scolaire, deux notions difficiles à associer

L’intégration scolaire des enfants en situation de handicap n’est pas un postulat, n’est plus un préambule. Elle est devenue et résonne au fil des ans et des revendications acharnées comme une évidence, de celles qui donnent corps et matière à la loi. (...)

2. Portes ouvertes sur le grand sud

Portes ouvertes sur le grand sud

Lorsqu’en 2008 l’Office de Tourisme et des Congrès de Marseille décide de prendre part à la démarche de labellisation Tourisme et Handicap, c’est à Marie-Hélène, sous couvert de sa direction, que l’on confie la mission. Avec passion et humilité, sans (...)

1. Vacances, to go or not to go ?

Vacances, to go or not to go ?

Depuis une dizaine d’années, la thématique de l’accessibilité à la Cité en général et au tourisme en particulier ont fait l’objet d’une réflexion nourrie. Ainsi, au terme d’un déversement considérable de matière grise, les mondes universitaire, associatif, (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique